Actualits de l'ouvrage

 Vidéo

Sur les réseaux

Recherche

 Résumé

Les Français regardent leur système hospitalier avec les yeux de Chimène : ils en sont fiers et ne voient pas ses failles. Pourtant, ils auraient intérêt à le reconsidérer avec plus d’objectivité. Certes, l’hôpital leur apporte qualité des soins et sécurité. Mais savent-ils qu’ils le doivent à la présence d’un secteur privé ? La Sécurité sociale, créée au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, est la garante de ce système unique, qui protège aussi bien – sinon mieux – le modeste ouvrier que le riche entrepreneur. Mais, avec un déficit record de 30 milliards d’euros attendu pour 2011, notre système apparaît aussi extrêmement fragilisé.

Parce qu’elle crée un contre pouvoir, l’hospitalisation privée apporte aux patients la liberté de choix. Elle oblige à accoler les mots « rentabilité » et « qualité de service » au concept de santé publique. Elle apparaît comme l’élément vertueux qui peut rétablir un équilibre. La guérison passera par de profonds changements et une nécessaire redistribution des rôles et des responsabilités. Mais la sauvegarde de ce que les Chinois nous envient, le meilleur système de santé du monde, est à ce prix. L’hospitalisation française doit beaucoup à la Sécurité sociale. Or la Sécurité sociale doit beaucoup à l’hospitalisation privée. Donc l’hôpital français doit beaucoup à l’hospitalisation privée. Ce n’est pas un syllogisme, mais une vérité, que ce livre s’attache à démontrer.

 Argumentaire

Une vision décalée sur l’hôpital en France, loin des idées reçues et du discours ambiant.

Des propositions concrètes pour sauver « le meilleur système de santé au monde ».